Cap sur l'Espace Jeunes
Consulte ton dossier
Village des suggestions.

La personnalité du village

Ginette Anfousse

Quand Ginette Anfousse dessinait pour la télévision et pour sa fille…
Ginette Anfousse est née le 27 mai 1944. Elle étudie le dessin à l’École des Beaux-Arts de Montréal puis, plus tard, travaille à Radio-Canada et à Radio-Québec – ce qu’il est maintenant convenu d’appeler Télé-Québec. Dans ces deux stations de télévision, elle dessine des décors et des affiches.
Au début des années soixante-dix, Ginette Anfousse dessine pour sa propre fille Marisol des petites filles qu’elle appelle Jiji – diminutif de Ginette. Un peu plus tard, Jiji prend forme pour devenir la Jiji qu’on connaît, avec Pichou, le bébé-tamanoir-mangeur-de-fourmi-pour-vrai!

Des histoires secrètes… devenues très, très célèbres!
Au fil de ses nombreux dessins de Jiji, Ginette Anfousse décide un jour de leurs ajouter des mots. Une histoire s’invente tranquillement… Mais savais-tu que le premier livre de Ginette Anfousse n’est pas Mon ami Pichou? En réalité, elle a non seulement écrit La cachette avant, mais en plus, elle a écrit des histoires qu’elle a gardées secrètes pendant au moins cinq ans avant de les présenter à une maison d’édition! Le premier album de Jiji et Pichou paraît en 1976

Il faut savoir qu’en 1976, le marché du livre jeunesse au Québec n’est pas aussi développé qu’aujourd’hui. À cette époque, publier un livre pour enfants – et surtout un livre d’images – représente tout un défi.  Mais il existe une maison d’édition un peu plus spéciale que les autres: la maison d’édition Le Tamanoir, qui publie aussi des disques folkloriques. L’éditeur voit dans les livres de Ginette Anfousse une occasion à ne pas manquer et décide de la publier.

Presque trente ans plus tard, les aventures de Jiji et Pichou sont toujours aussi populaires!

D’ailleurs, puisque nous y sommes, savais-tu que, en 1978, Le Tamanoir a été rebaptisé La courte échelle, maison d’édition québécoise jeunesse encore aujourd’hui bien connue?

Une belle collaboration

C’est aussi à Ginette Anfousse qu’on doit l’existence de la délicieuse Rosalie et de ses sept tantes plus désopilantes les unes que les autres. Mais savais-tu que Rosalie, avec sa crinière toute ébouriffée, a été personnifiée sous les traits du pinceau de sa fille Marisol Sarrazin – elle porte le nom de son père ? Et pour créer le personnage de Rosalie, Marisol a joué un beau tour à sa mère!

Car si Jiji ressemblait un peu à Marisol quand elle était petite, et bien cette fois Marisol a dessiné une Rosalie qui ressemble à Ginette lorsque celle-ci était jeune!

Ginette Anfousse a de quoi être fière de sa fille : Marisol est une illustratrice exceptionnelle dans le paysage du livre jeunesse québécois. Elles collaborent régulièrement ensemble sur plusieurs projets, dont la série Polo, le petit souriceau.

Des prix pleins les poches!
Ginette Anfousse a gagné de nombreux prix pour son travail. Parmi les prix les plus prestigieux, elle a reçu en 1978 le prix du Conseil des arts du Canada pour les textes et les illustrations de La varicelle et La chicane. En 1987, elle a gagné le prix Québec/Wallonie-Bruxelles, un prix qui est donné au meilleur créateur de littérature jeunesse Québécois une année et, l’année suivante, au meilleur auteur Belge. Elle a aussi gagné le prix M. Christie en 1989 pour Rosalie s’en va-t-en guerre.
Et ce n’est sûrement pas fini, car Ginette Anfousse continue toujours d’écrire… pour notre plus grand plaisir!

Accueil | Plan du site | Adultes | Droits d'auteur | Accessibilité

© Bibliothèque et Archives nationales du Québec