Cap sur l'Espace Jeunes
Consulte ton dossier
Village des suggestions.

Le Journal du village

Musica! Musica!

Trad delidelam dilidam!

 

> Qu’est-ce que la musique traditionnelle?

Que signifie l’expression « musique traditionnelle »? Il s’agit en fait d’une musique propre à un pays ou à une région, transmise de bouche à oreille, d’une génération à l’autre. Transmise de bouche à oreille? Oui. Prenons l’exemple d’une mère qui chante une berceuse à ses enfants, qui la chanteront à leur tour à leurs propres enfants quelques années plus tard : la mère, ses enfants et ses petits-enfants se sont donc transmis cette berceuse de bouche à oreille. C’est un peu la même chose qui se produit lorsqu’un grand-père enseigne à son petit-fils une valse à l’accordéon; même si aucun d’eux ne sait lire la musique, le garçon peut apprendre la valse tout simplement en écoutant et en observant son grand-père. Chaque pays, chaque région du monde a ainsi développé depuis des siècles un vaste répertoire de chansons et de danses qu’on désigne aujourd’hui comme étant la musique traditionnelle de ce pays ou de cette région.

 

> Des compositeurs souvent anonymes

En général, les compositeurs de musique traditionnelle ne sont pas connus. C’est une des grandes différences entre la musique classique et la musique traditionnelle. Les grands compositeurs de musique classique comme Mozart et Beethoven écrivaient leurs œuvres sur du papier et les signaient; pour cette raison, nous savons aujourd’hui, par exemple, que La flûte enchantée a été composée par Mozart. Les œuvres de musique traditionnelle, elles, n’ont pas été écrites par leurs compositeurs car, bien souvent, ceux-ci ne savaient pas lire la musique. Pour cette raison, elles n’ont pas été signées non plus, de sorte qu’aujourd’hui, nous ne pouvons pas retracer leur origine de façon précise. Ceci a eu pour effet qu’au fil des années et des siècles, les chansons et les danses traditionnelles se sont transformées, chacun y apportant son grain de sel, changeant les paroles, modifiant l’air d’un refrain, etc. Ainsi, il peut y avoir tout plein de versions d’une même chanson!

 

> Musiques du monde, musique d’ici

Chaque coin du monde a une musique traditionnelle qui lui est propre. En Afrique, par exemple, les percussions jouent un rôle très important : elles servent à rythmer les danses et à soutenir les chants. Les peuples inuits, eux, ont développé une technique de chant très particulière, appelée « chant de gorge ». Quant à eux, les habitants des Andes, en Amérique du Sud, accordent une grande place aux flûtes faites de bambou (flûte kena, flûte de Pan, etc.).

Qu’en est-il de la musique traditionnelle québécoise? Elle provient d’un mélange de nombreuses traditions déjà vieilles de plusieurs siècles. Les Français qui ont colonisé l’Amérique au XVIIe siècle ont apporté avec eux leurs chansons et leur musique. Au XVIIIe siècle, des Acadiens ont gagné le Québec, apportant aussi dans leurs bagages tout un répertoire de chansons. Au cours du siècle suivant, des Irlandais et des Écossais les ont suivis, armés de leurs violons et de leurs accordéons. En raison de tous ces métissages, notre musique traditionnelle est en bonne partie un mélange de chansons françaises et acadiennes ainsi que de gigues et de reels venus d’Irlande et d’Écosse.

 

> Une fête avec peu

Souvent trop pauvres pour posséder des instruments de musique, nos ancêtres savaient quand même faire la fête avec peu. Une voix et des pieds qui frappaient le sol suffisaient pour faire lever une veillée! Très souvent, les gens réunis participaient en frappant des mains et répondaient en chœur au refrain, d’où l’expression « chanson à répondre ». Si quelqu’un avait la chance de posséder un violon, il y avait de bonnes chances que le tout se transforme en soirée de danse!

Les pieds frappant le sol constituent la principale façon de marquer le rythme dans la musique traditionnelle québécoise, mais il arrive aussi que les musiciens utilisent deux os de bœuf (généralement des côtes) comme instrument à percussion. En effet, lorsqu’on tient les os d’une seule main et qu’on les fait s’entrechoquer de façon rythmée, cela produit des claquements successifs très entraînants qui donnent assurément le goût de danser!

Aujourd’hui encore, de nombreux musiciens perpétuent cette tradition en reprenant les airs que leurs grands-parents leur ont transmis. À leur tour, ils pourront les enseigner à leurs enfants pour que, longtemps encore, swingue la bacaisse dans l’fond d’la boîte à bois!

 

On retourne en haut!

Accueil | Plan du site | Adultes | Droits d'auteur | Accessibilité

© Bibliothèque et Archives nationales du Québec